Théâtre de danse américain Alvin Ailey au centre-ville

Théâtre de danse américain Alvin Ailey au centre-ville

Commentaires

Centre-ville, New York City
7 décembre 2013

Par Katherine Moore de Dance Informa .

peux-tu danser

Samedi dernier au New York City Center, Alvin Ailey American Dance Theatre a présenté une représentation en matinée de leur saison 2013. Sur la facture de cette performance était Accueil , chorégraphié par Rennie Harris, Ascenseur , par Aszure Barton, et bien sûr, Révélations , par Alvin Ailey.



Accueil commence par la compagnie blottie et posée au centre de la scène, silhouettée par la lumière. Le public voit un danseur solitaire tendre la main vers le haut à travers la foule, lui serrant parfois la main, parfois l'agitant. Lentement, d'autres danseurs, vêtus de vêtements branchés mais de piétons, commencent également à offrir leurs membres. Un soliste commence à applaudir, à danser pour lui-même et à tendre la main vers le public. L'ensemble se joint et bientôt, la musique prend les devants.

Il est impossible de ne pas profiter de ces belles danseuses alors qu'elles groove, tournent et volent. L'influence du hip-hop est évidente et joyeuse à voir d'un casting d'artistes aussi forts. Lorsque la nature rythmique constante de la pièce commence à ralentir, un danseur attire votre attention avec un geste sincère. Accueil est une célébration de la danse et de la communauté à son meilleur.

Ascenseur s'ouvre avec trois hommes torse nu sous les projecteurs, debout statuesqui ont le dos tonique vers le public. Ce doit être le rêve d’un chorégraphe de travailler sur un casting aussi magnifique et capable. Lentement, les lumières commencent à éclairer une longue rangée d'hommes en haut de la scène, face au trio au milieu. Le mouvement exprime quelque chose d'un rituel inquiétant, quelque chose de sombre et de tribal. Plus tard, les femmes sont présentées comme quelque chose de distinct des hommes, mais toutes sont également puissantes. Combinant les deux grandes sections d'ensemble avec des solos, des duos et des trios, ce sont les petits moments intimes qui maintiennent cette vaste œuvre ensemble. À un moment donné, un duo entre un homme et une femme se termine par un rire presque maniaque et des mouvements spastiques. Le rire du public est venu exactement au bon moment.

AAADT à Aszure Barton

Alvin Ailey American Dance Theatre dans l’ascenseur d’Aszure Barton. Photo de Paul Kolnik.

marche d'oscillation

Particulièrement remarquable est un duo dans lequel une femme plante son visage au milieu de la poitrine d'un homme pendant l'intégralité d'une longue traversée de la scène de gauche à droite. Le couple se tord et se retourne, créant des ascenseurs et des formes tordus alors qu'ils voyagent dans l'espace. L'homme semble être la force motrice tandis que la femme étire une longue jambe à travers ses jambes, s'enroule autour de son cou et s'équilibre de manière extravagante. On a le sentiment d'un voyage long mais privé.

Révélations ferme le programme avec enthousiasme et émotion. Une pièce vraiment intemporelle, Révélations semble à la fois daté et éternel. Après avoir vu ce casting contemporain et talentueux se pavaner dans Accueil , J'avais presque envie qu'ils brisent le moule des lignes et des formes nues de la technique Horton, et pourtant, c'est là que les danseurs ont prouvé leur force. À aucun moment, cela n'a été plus évident que dans Réparez-moi Jésus , un duo dans lequel les extensions de jambe de Briana Reed ont suscité des halètements et des applaudissements du public. Dans Homme pécheur , Jeroboam Bozeman, Sean A. Carmon et Samuel Lee Roberts, prouvent leur courage avec de la vitesse, du courage et des virages à couper le souffle. Il est rare qu'un membre du public de danse expérimenté soit aussi enthousiasmé par le mouvement pur.

Ce travail est chargé d'histoire et de sens, mais à aucun moment il n'est inaccessible. La musique de pataugent dans l'eau et Rocka My Soul au sein d'Abraham est irrésistible, et le casting y monte. Le solo d'Ella Mitchell dans la finale de Rocka My Soul… était vraiment extatique. Si seulement tous les danseurs étaient si généreux et libres de leur esprit.

Photo (en haut): Linda Celeste Sims et Jamar Robert de l'AAADT dans le LIFT d'Aszure Barton. Photos de Paul Kolnik.

Partagez ceci:

Alvin Ailey , Théâtre de danse américain Alvin Ailey , Aszure Barton , Briana Reed , Ella Mitchell , Réparez-moi Jésus , Accueil , Jamar Robert , Jéroboam Bozeman , Ascenseur , Linda Celeste Sims , Paul Kolnik , Rennie Harris , Révélations , Rocka My Soul au sein d'Abraham , Samuel Lee Roberts , Sean A Carmon , Homme pécheur , pataugent dans l'eau

Recommandé pour vous