Cassie Nordgren: observer Josh Bergasse et «On the Town»

Cassie Nordgren: observer Josh Bergasse et «On the Town»

Entrevues

Par Mary Callahan de La danse informe.

J'ai rencontré Cassie Nordgren il y a environ un an dans la classe de théâtre avancé d'Al Blackstone au Broadway Dance Center. Cassie est restée au fond du studio, mais avec son look frappant de lutin Peter Pan et sa maîtrise claire du style naturel et joyeux de Blackstone, je savais qu'elle avait le facteur «ça». L’automne dernier, j’ai croisé Cassie à l’entracte pour un aperçu de Broadway Sur la ville . Elle était assise à côté du chorégraphe Josh Bergasse, au dernier rang de l'orchestre, un bloc-notes à la main. «Je fais partie du programme Observer par l’intermédiaire de la Fondation des metteurs en scène et des chorégraphes (SDCF)», a-t-elle expliqué. 'Qu'est-ce que c'est?' J'ai demandé. J'ai alors découvert que le statut d'observateur de la DDC est probablement la meilleure opportunité pour les futurs metteurs en scène et chorégraphes. Mais étonnamment, très peu de danseurs et d'acteurs connaissent le programme. Cassie, désireuse de partager sa propre expérience, a accepté de s'asseoir pour une interview avec Dance Informa sur son rôle d'observateur de la DDC pour Josh Bergasse sur Sur la ville .

Quelle a été votre formation / expérience de danse en grandissant?



«Ma mère possède un studio de danse à Castro Valley, en Californie, donc j'étais inévitablement un« rat de studio ». J'y ai étudié le claquette, le jazz, le ballet, le hip-hop et le lyrique. En fait, je ne pense pas avoir vraiment aimé danser avant l’âge de 12 ans. Jusque-là, c’était soit danser, soit s’asseoir au studio et regarder les autres danser, alors je n’ai vraiment choisi de le faire que par défaut. Tout a changé lorsque, à la consternation de ma mère, j'ai été choisi pour jouer Clara dans notre studio casse Noisette . C'est alors que j'ai réalisé que j'adorais raconter une histoire à travers ma danse. J'ai aussi réalisé pendant six mois de répétitions avec Clara que je ne voulais plus jamais mettre les pieds dans une paire de pointes! Mes parents ont décidé de me laisser essayer le théâtre musical et l'été suivant, j'ai fait une production de L'homme de la musique à notre théâtre communautaire local. J'ai adoré chaque instant de cette expérience et j'ai vraiment attrapé le virus du théâtre musical. Je suis venu à New York pour la première fois peu de temps après et je savais à partir de ce moment-là que je finirais ici un jour.

Comment avez-vous découvert le programme SDC Observer?

«J'étais en fait avec des amis un soir en 2013 et nous parlions du peu de programmes de formation pour les jeunes chorégraphes. Il y a certainement des vitrines, mais très peu de programmes de formation. Un de mes amis a mentionné que son ami venait de terminer un programme de «mentorat / aide» (comme il l'appelait) par le biais du SDCF que je devrais examiner. Je me suis souvenu de lui disant: «Vous seriez un candidat parfait!» Excité d'entendre parler d'un tel programme et en espérant que je serais admissible, je suis rentré chez moi et j'ai regardé ce soir-là pour découvrir que j'avais raté la date limite de deux semaines cette année-là. J'ai dû attendre presque un an pour postuler au statut d'observateur de la SDCF, mais cela valait vraiment la peine d'attendre.

courage
Ouverture de Cassie Nordgren OTT

Cassie Nordgren participant à la première de la soirée d’ouverture de «On The Town». Photo gracieuseté de Cassie Nordgren.

À quoi ressemblait le processus de candidature?

«Je l'ai vécu comme un processus en trois étapes: il y a d'abord la demande initiale pour entrer dans le programme d'observateur, puis j'ai postulé spécifiquement pour être l'observateur de Josh Bergasse pour Sur la ville , puis une fois finaliste pour OTT, j'ai dû interviewer Josh avant d'être officiellement sélectionné comme son observateur. Cela semble beaucoup, mais c'est arrivé assez rapidement pour moi. J'ai été l'un des premiers sélectionnés pour l'année.

Je travaillais en Californie pour enseigner dans un théâtre musical intensif lorsque j'ai découvert que j'avais été sélectionné comme finaliste pour OTT. J'étais vraiment déçu de ne pas pouvoir interviewer Josh en personne, mais Josh a heureusement accepté de faire l'interview sur Skype. Je ne suis généralement pas nerveux pour les interviews, mais quelque chose à propos d’interviewer sur un ordinateur me mettait très mal à l’aise. Bien sûr, environ trois minutes après le début de l'interview, mon ordinateur s'est figé, ce qui m'a laissé parler à une image figée de Josh. Je me souviens de me sentir comme un bobble head, essayant de rester animé, tout en parlant à un écran d'ordinateur qui ne répondait pas. Heureusement, Josh est un gars formidable, et assez direct, donc ce n’était pas trop douloureux. L'entretien n'a duré que quinze minutes et à peine cinq jours plus tard, j'ai appris qu'il m'avait choisi pour le rejoindre sur le projet. Environ trois semaines plus tard, j'étais à la première répétition. C'était un tourbillon!

L'une des choses les plus folles de toute l'expérience est que lorsque j'ai obtenu mon contrat avec la SDCF, j'ai réalisé que je travaillerais sur mon premier spectacle à Broadway, les répétitions et tout, directement en face du restaurant dans lequel je travaillais depuis trois ans. Penser que la DDC offre ces opportunités de statut d'observateur à Broadway, Off-Broadway et dans les principaux théâtres régionaux de tout le pays, et je viens de trouver celui sur 43rdRue avec la porte de la scène en face de Haru Sushi, où j'ai fait un bar bien avant Sur la ville, était même sur les livres pour revenir à Broadway, est tout simplement irréel. Chaque jour, alors que je me rendais au travail, je prenais un moment pour me souvenir des quatre années qu’il me fallait pour «traverser la rue». Je pense que cela m'a permis de rester ancré.

Quel a été votre rôle pendant les répétitions, la pré-production et une fois le spectacle lancé?

«L'une des choses que Josh et son associé, Greg Graham, ont décidé le premier jour de répétition, c'est qu'ils voulaient que je sois là pour écrire et organiser toutes leurs notes alors qu'ils commençaient à écrire des numéros et à faire des passages. C'était ma fonction principale pendant le processus. Pendant que leurs yeux regardaient les chiffres, j'écrivais ce qu'ils disaient, puis je les organisais de manière à ce qu'ils puissent donner leurs notes rapidement et avec précision. Cela m'a donné un aperçu précieux de ce que chacun d'eux apprécie en tant qu'artiste. Parfois, ils se penchaient tous les deux et me disaient la même note, et d'autres fois leurs notes concernaient des choses complètement différentes. Aussi, voir comment ils donnent les notes aux acteurs est vraiment un art en soi.

J'ai également tenu à jour toutes les notes pour les présenter aux réunions de production et j'ai assisté à chacune d'entre elles. Celles-ci étaient aussi incroyablement informatives et éducatives pour moi.

L'un de mes objectifs personnels dans le cadre du projet était d'apprendre à utiliser StageWrite, une application iPad conçue spécifiquement pour tracer des spectacles à l'échelle de Broadway. Chip Abbott, le capitaine de danse, s'est assis avec moi pendant les répétitions de la première semaine et m'a appris à utiliser le programme. Grâce à ses conseils, je suis devenu assez rapide dans la «cartographie» et j'ai pu tracer les chiffres au fur et à mesure qu'ils étaient définis et ajustés devant moi. Mes palmarès étaient souvent mentionnés par Josh, les capitaines de danse et parfois même les techniciens du son, ce qui était génial parce que j'ai pu mettre à l'épreuve ce que j'apprenais avec le programme. Depuis le spectacle, j'ai utilisé StageWrite sur quelques projets différents.

Les observateurs ne sont engagés que pendant la soirée d'ouverture. Depuis, je suis revenu une ou deux fois pour visiter. J'avais demandé lors de nos répétitions techniques si je pouvais suivre le régisseur à un moment donné pour en savoir plus sur les nombreuses choses qu'elle fait pendant le spectacle et pour voir comment certaines transitions fonctionnent réellement. Nous étions tous tellement occupés pendant les avant-premières qu'il a été suggéré que je revienne après l'ouverture et la diffusion du spectacle. Donc, il y a environ un mois, j'ai pu revenir et la regarder appeler une émission, ce qui était incroyable. Il y a 12 000 signaux lumineux seuls dans le spectacle! Je pense toujours qu'en apprendre davantage sur les autres métiers du théâtre fera de moi un chorégraphe et un metteur en scène plus complet.

Comment était-ce de travailler avec Josh Bergasse sur son premier spectacle à Broadway?

«Josh est très collaboratif. Il aime que les danseurs ressentent un sentiment d'appartenance à l'œuvre et est très généreux de cette manière. Il travaille avec eux pour développer la pièce en leur disant ce qu'il recherche, puis en les laissant expérimenter. Ensuite, il prend ce qu'ils font et le moule exactement dans ce qu'il veut. Josh a aussi un œil incroyable pour les photos. Il regardait la scène et disait: «J'ai besoin de quelque chose de plus haut juste là-bas», puis désignait un endroit dans le tableau général de la scène et allait vers les danseurs et travaillait avec eux jusqu'à ce qu'ils trouvent quelque chose pour remplir l'espace. La prochaine fois que nous avons regardé le numéro, l'image était complète. Le mouvement dans les ballets crée les plus belles formes sans sacrifier le tissu émotionnel du scénario - ce qui est vraiment difficile à faire. Au lieu de cela, il a fait le contraire et a créé certains des moments de danse les plus émotionnellement stimulants que j'aie jamais vus dans le théâtre en direct.

L'un de mes moments préférés dans tout le processus était juste avant le début du premier aperçu. La maison était pratiquement épuisée et Josh et moi étions à l'arrière de la maison, mon cahier prêt à prendre ses notes. Je pouvais dire qu'il était un peu anxieux - même si ce n'était pas officiellement la soirée d'ouverture, c'était la première fois qu'un public allait voir sa chorégraphie sur une scène de Broadway. Je lui ai dit: «Es-tu prêt?» Et il m'a regardé et a dit: «Je ne sais pas.» Et puis il a souri. Et puis la musique a commencé.

Logo de la Fondation des metteurs en scène et des chorégraphesQu'est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans la mise en scène et la chorégraphie? Comment pensez-vous que ce programme a affecté votre cheminement de carrière?

«Aussi loin que je me souvienne, les projets de chorégraphie sont toujours tombés sur mes genoux. Je pense avoir su depuis mon adolescence qu'être chorégraphe est ce que j'étais destiné à faire. J'avais dans la tête pendant un moment que je devais avoir tous ces grands génériques pour être un bon chorégraphe parce que c'est le chemin que beaucoup de chorégraphes ont emprunté, même Josh. Mais j'ai joué pendant environ cinq ans et cela ne m'a jamais rendu heureux. Je n'étais pas en sécurité, toujours stressée, déprimée, inquiète pour mon prochain concert et je ne travaillais vraiment sur aucun métier. J'ai finalement réalisé que la raison pour laquelle je ne travaillais pas vraiment sur mon métier était peut-être parce que je n’aimais pas vraiment jouer. J'ai rencontré Al Blackstone, chorégraphe et professeur de la ville et suis tombé amoureux de son travail et de ses cours. Il est vraiment devenu mon mentor et m'a fait participer à plusieurs de ses séances de répétition. Il m'a vraiment fait me sentir bien en abandonnant mon livre d'audition et excité à l'idée de vraiment plonger dans une de mes passions enfouies: la chorégraphie. Raviver ma passion a été l'une des meilleures décisions que j'aie jamais prises, et cette décision a été rapidement confirmée. Dans l'année, j'ai été embauché pour co-chorégraphier un long métrage intitulé «Waiting in the Wings: The Musical», et un an plus tard, je me suis retrouvé à travailler sur Sur la ville.

Je me retrouve aussi à diriger un peu et on m'a dit à plusieurs reprises que je faisais la progression naturelle vers un metteur en scène / chorégraphe. Je suis vraiment enthousiaste à ce sujet et je sais que je continuerai d'explorer ce nouveau niveau de créativité à l'avenir.

Cela fait quatre mois que Sur la ville ouvert et je peux voir tellement de croissance en moi-même depuis ce processus. Je suis un artiste plus confiant et j'apprends toujours à me faire confiance de plus en plus chaque jour. La créativité est une pratique. Il faut de la pratique pour ne pas douter de soi et de la pratique pour ne pas se comparer aux autres. Travaille sur Sur la ville a stimulé ma carrière et m'a donné suffisamment de projets pour que je puisse maintenant pratiquer ces choses tous les jours - ce dont je suis reconnaissant. Je suis également maintenant membre associé de la SDCF, qui est l'un des nombreux avantages de ce programme. »

À qui recommanderiez-vous le programme SDC Observer?

buts de danse

«Je le recommanderais à tous ceux qui ont chorégraphié ou réalisé quelques spectacles et ont une bonne compréhension de leur propre approche de leur travail ou de leur voix en tant qu'artiste, et aimeraient voir comment un maître metteur en scène ou un chorégraphe aborde un grand projet comme celui-ci. Le bon candidat doit être ouvert à tout. J'ai vu de première main comment un spectacle de Broadway à gros budget est réalisé, y compris toutes les pressions extérieures qui vont avec. Dans un théâtre régional ou un théâtre Off-Broadway, un observateur peut vivre une expérience complètement différente, mais tout aussi éducative et enrichissante, comme monter un tout nouveau spectacle et demander au compositeur d'écrire une nouvelle chanson chaque jour avant-premières. Je ne peux pas parler plus en éloge de cette expérience, des gens avec qui j'ai travaillé ou du SDCF pour avoir permis à des gens comme moi de se voir offrir une telle opportunité. Il est inestimable pour quiconque souhaite avoir une carrière réussie en tant que metteur en scène ou chorégraphe dans l'industrie du théâtre et je sais que les leçons que j'ai apprises resteront avec moi pour toujours.

Pour en savoir plus sur le statut d'observateur de la DDC, visitez www.sdcfoundation.org .

Photo (en haut): portrait de Cassie Nordgren. Photo gracieuseté de Cassie Nordgren.

Partagez ceci:

Al Blackstone , Centre de danse de Broadway , Cassie Nordgren , Chip Abbott , Greg Graham , Joshua Bergasse , Théâtre musical , Programme du serveur supérieur , Sur la ville , Observateur de la DDC , SDCF , Fondation des metteurs en scène et chorégraphes , StageWrite

Recommandé pour vous