Coppelia - Le ballet australien

Coppelia - Le ballet australien

Avis internationaux

State Theatre, The Arts Centre, Melbourne
22 juinnd

Par Deborah Searle.

Coppelia est un ballet traditionnel enchanteur avec une histoire amusante et des personnages adorables. Pour l’interprétation du célèbre classique par le Ballet australien, Leanne Stojmenov a joué le curieux et effronté «Swanilda» avec Yosvani Ramos dans le rôle de son espiègle prétendant «Franz».



Le ballet est léger et parfait pour tous les âges. Les costumes sont superbes et les décors sont exquis, affichant l'incroyable flair artistique de Kristian Fredrikson. La chorégraphie s'inspire de la danse de caractère national et se marie avec le ballet classique traditionnel. Il est léger et gonflable, créant une atmosphère joyeuse dans le théâtre.

Stojmenov a fait un Swanilda idéal. Elle était tout à fait la jeune fille naïve du village dont elle avait besoin, donnant vie à la poupée «Coppelia» et trompant à la fois Franz et le créateur de la poupée, le «Dr Coppelius». Son jeu était un manuel et sa danse était bien sûr impeccable. J'ai beaucoup aimé voir Stojmenov embrasser son personnage.

Les performances de Swanilda et des amis de Franz, dansées par les Corpyphees, avec l’ajout des danseurs de Corp Halaina Hills, Chengwu Guo, John-Paul Idaszak et Jarryd Madden, jubilaient et dansaient avec force et clarté.

L'acte 2, à l'intérieur de la maison du Dr Coppelius avec ses jouets étranges et merveilleux, a été le point culminant du spectacle pour moi. La danse de Stojmenov en tant que poupée était mignonne, isolée et très convaincante. Damien Welch, dans le rôle du Dr Coppelius, n'était pas aussi excentrique que je l'aurais souhaité, mais c'était bien de le voir revenir sur scène après s'être retiré de son rôle de danseur principal l'année dernière. Cependant, à la fin de l'acte 2, il y a eu un coup de rideau juste pour Damien Welch, ce que j'ai trouvé un peu étrange, étant donné qu'il y avait encore un acte entier à faire.

Coppelia du Ballet australien. Photo Branco Gaica

L’acte 3 était un festin de danse, car nous avons eu droit au pas de deux du spectacle, aux solos des deux principaux et aux numéros de groupe fabuleusement amusants pour la célébration du mariage de Swanilda et Franz. Nous avons apprécié un solo de Ramos où il nous a montré ses talents de danseuse principale, et Stojmenov a prouvé pourquoi elle gravissait les échelons. Gina Brescianini, dansant 'Dawn', était d'une beauté à couper le souffle dans un costume rose et jaune tendre et Juliet Burnett en tant que 'Prayer' soulignait sa formation et son contrôle.

Les Corp de Ballet étaient tous de bons danseurs, mais parfois ils étaient un peu décalés ou synchronisés. Mon seul autre reproche était le manque de chimie entre Stojmenov et Ramos. Ils ressemblaient plus à des amis qu'à des amants, et la scène du mariage à la fin semblait donc un peu forcée.

L'orchestre était très serré. Le timing est si régulier dans le score de Delibes pour Coppelia que ce serait très évident s’ils n’étaient pas. Mais surtout, la musique était bien adaptée aux besoins des danseurs. Le chef d'orchestre a ralenti la partition, l'a accélérée légèrement ou a rendu la musique plus douce ou plus forte pour les danseurs selon les besoins. Ce n'était pas pour aider les danseurs techniquement ou avec le timing, mais pour les aider à communiquer de façon spectaculaire. L'Orchestra Victoria nous a offert une expérience musicale agréable et indépendante.

La production de 1979 de Dame Peggy van Praagh et George Ogilvie Coppelia est un délice. La distribution talentueuse de danseurs et de musiciens de 2010 a donné vie à l'œuvre et l'a réintégrée dans le cœur de nombreux amateurs de ballet.

Partagez ceci:

Coppelia , Le ballet australien , www.danceinforma.com

Recommandé pour vous