Elizabeth Dugas dans le dernier projet de Susan Stroman «The Beast in the Jungle»

Elizabeth Dugas dans le dernier projet de Susan Stroman «The Beast in the Jungle»

Articles de fond Elizabeth Dugas. Photo de Justin Patterson. Elizabeth Dugas. Photo de Justin Patterson.

Susan Stroman pourrait être considérée comme la reine de Broadway d’aujourd’hui. Son CV de réalisateur et chorégraphique comprend des spectacles comme Les producteurs , Balles sur Broadway , Gros poisson , Jeune Frankenstein , Oklahoma , et Prince de Broadway . Stroman a également travaillé sur le film de danse bien-aimé, Centre de la scène , Petite danseuse au Kennedy Center, le film musical de Les producteurs et la production du Met Opera de The Merry Widow. Dès que l'industrie tente de mettre Stroman dans une boîte (c'est-à-dire qu'elle travaille sur ceux genre de spectacles ou conception cette style de danse), elle nous surprend avec une nouvelle et brillante aventure.

«La bête dans la jungle». Photo de Carol Rosegg.

Mais que ce soit du jazz de précision showgirl, un ballet pas de deux ou un numéro de claquette époustouflant sur une scène de Broadway, un long métrage ou un atelier en studio, on peut toujours compter sur un «Stro show» pour être véridique, intentionnel et beau. Son dernier projet, La bête dans la jungle , est une pièce de danse basée sur une nouvelle et mettant en vedette une partition de John Kander. Tandis que Bête n'est pas aussi grandiose que certaines des autres productions de Stroman, la chorégraphie, l'intimité, la métaphore et l'honnêteté de la pièce le font Bête peut-être son œuvre la plus spectaculaire à ce jour.



Dance Informa était ravi de parler avec Elizabeth Dugas, une danseuse qui a travaillé avec Stroman sur trois productions - la première tournée nationale de Balles sur Broadway , La joyeuse veuve au Met Opera et au dernier projet de Stroman, La bête dans la jungle , au Vineyard Theatre. Dugas a été avec Bête depuis plus d'un an, depuis son premier atelier en studio à l'automne 2016. Dans notre entrevue, elle a partagé un peu ce qui rend ce spectacle si unique à la fois enchanteur et envoûtant.

Quelle est l'histoire de La bête dans la jungle ? D'où vient ce concept?

«L'histoire a été adaptée d'une nouvelle d'Henry James du même titre. Il se déroule dans la ville moderne de New York et raconte le récit édifiant de John Marcher, qui, à cause d’une «bête» qui le hante, a valsé la vie sans vraiment vivre. À travers plusieurs flashbacks, nous apprenons sa relation continue avec une femme nommée May et sa (ses) chance (s) d'amour manquée.

Qu'est-ce qu'une pièce de danse exactement? Pourquoi pensez-vous que c'était la meilleure façon de raconter cette histoire?

«C’est une excellente question! Une «pièce de danse» est essentiellement ce à quoi elle ressemble - c'est une pièce avec des acteurs et des répliques associés à des numéros de danse et des transitions chorégraphiées. Il y a aussi une belle partition écrite par John Kander. Il n'y a pas de chant, c'est pourquoi il n'est pas classé comme une comédie musicale. En tant que danseur moi-même, je sais que je suis un peu partial, mais j’ai toujours été convaincu que le mouvement et la danse sont les moyens les plus puissants d’exprimer une émotion et de transmettre un message. Cette histoire est à la fois vraiment troublante (en ce sens qu'elle fait réfléchir le public à sa propre vie et à ses propres expériences) mais aussi si belle, et l'ajout de la danse renforce vraiment le livre écrit par David Thompson.

Vous êtes avec cette production depuis son premier atelier il y a plus d'un an. Comment le spectacle a-t-il évolué? Qu'est-ce que ça fait d'avoir été impliqué dans ce travail depuis sa création?

«La bête dans la jungle». Photo de Carol Rosegg.

«Oh mec, je devrais commencer par dire que je n’oublierai jamais le moment où j’ai reçu un e-mail de Susan Stroman avec l’objet‘ Yo from Stro ’me demandant de travailler sur ce projet! Faire partie d’un processus créatif a quelque chose de si spécial, et j’ai eu la chance de travailler sur deux ateliers de cette production avant de la retrouver au Vineyard Theatre. Comme pour tout spectacle, les numéros et les personnages mineurs ont été coupés, le dialogue et la chorégraphie ont changé, et de nouveaux acteurs nous ont rejoints… mais toutes ces évolutions ont créé un récit plus fort et plus serré de l'histoire. C'est incroyablement inspirant maintenant d'entendre la réponse du public à la pièce après avoir été isolé avec elle dans un studio pendant un an et demi.

Quelle est votre scène ou séquence préférée dans la série? Les femmes de l'ensemble sont tellement présentes et jouent tellement de rôles différents… il doit être difficile de décider!

Yikes c'est dur! Ma scène préférée est en fait celle dans laquelle je ne suis pas - c'est la scène finale qui met en scène le brillant Peter Friedman seul sur scène. Je ne veux rien donner car vous devez vraiment le voir par vous-même, mais c'est extrêmement puissant. Parmi ceux dans lesquels je suis (et vous avez raison, nous courons beaucoup!), Je pense que ce doit être le London Chair Dance dans la deuxième partie. C’est tellement intelligent et les femmes de l’ensemble ont chacune une caractéristique timide que j’adore jouer avec mon meilleur accent britannique!

C'est la troisième fois que vous travaillez avec Susan Stroman. Qu'est-ce qui est différent cette fois-ci? Quelles qualités de «Stro» sont cohérentes quelle que soit la nature du projet sur lequel vous travaillez?

Alors que les deux autres spectacles dans lesquels j'ai joué étaient de grandes productions avec de grands décors, des costumes et des numéros musicaux, «The Beast in the Jungle» est une présentation beaucoup plus discrète d'une histoire sombre. Susan Stroman est une réalisatrice et chorégraphe incroyable et je me sens très chanceuse d'avoir l'opportunité de travailler sur ce projet unique et spécial. Vous verrez des 'stro-ismes' couvrant ces trois productions, cependant, il y a des femmes grandes, aux longues jambes, de la comédie 'à zéro' et des accessoires à gogo!

Peut décrivez-vous la chorégraphie dans 'Beast'? Comment la danse évolue-t-elle au fur et à mesure que l'histoire progresse (à travers différentes périodes et villes)? Comment incarnez-vous la «bête»?

chorégraphes américains
Irina Dvorovenko et

Irina Dvorovenko dans «La bête dans la jungle». Photo de Carol Rosegg.

J'aime dire que la chorégraphie dans «Beast» est un mélange parfait de mes jours de danse moderne / ballet à l'université et de ce dans quoi j'ai fait la majeure partie de ma carrière — c'est-à-dire le jazz de théâtre musical. Chacun des grands numéros de danse dans les différentes villes (Naples, Londres et New York) est inspiré par la culture et la période avec l'exemple le plus fort de cela étant la danse Pizzica dans laquelle les femmes de l'ensemble se produisent en premier, suivie d'un variation avec May et John. Quant à la «bête», elle est le plus souvent représentée avec des marionnettes (pas comme les marionnettes de «l'avenue Q»… mais plus avant-gardistes et abstraites), les femmes se déplaçant principalement comme une masse organique.

Qu'est-ce que ça fait de travailler avec des marionnettes?! Avez-vous dû vous former pour les utiliser?

C’est génial! Michael Curry, dont le travail de marionnettes a été présenté à Broadway et aux Jeux olympiques, a conçu les décors, les costumes et les marionnettes pour la production, donc dire que nous avons appris des meilleurs est un euphémisme! J'adore apprendre de nouvelles choses et cela a été une chose particulièrement amusante à ajouter à ma liste de compétences spéciales!

Qu'est-ce que ça fait de jouer avec des icônes de la danse, Tony Yazbeck et Irina Dvorovenko?

C’est assez surréaliste. Je me souviens très bien d'avoir regardé «Every Little Step» qui mettait en vedette Tony à l'université et j'ai connu et idolâtré Irina de sa carrière avec ABT. De plus, l'émission de télévision STARZ, «Flesh and Bone», était un plaisir coupable pour moi et mes copines en tournée, alors je devais faire attention à ne pas trop faner la fille ce premier jour de répétition! Vraiment, cependant, Tony et Irina sont des artistes et des humains si exquis et j'ai tellement appris d'eux au cours de ce processus.

Que voudriez-vous dire aux membres du public lorsqu'ils prennent place avant le spectacle?

Préparez-vous à faire des montagnes russes émotionnelles! Honnêtement, je pense que c’est mieux quand je ne dis pas trop aux gens avant la représentation et qu’ils peuvent vraiment apprécier la pièce sans aucune idée préconçue sur ce que c’est… alors je vais en rester là!

Pour les billets pour La bête dans la jungle , qui se déroule jusqu'au 24 juin, visitez www.vineyardtheatre.org .

Par Mary Callahan de La danse informe.

Partagez ceci:

Gros poisson , Broadway , Balles sur Broadway , Elizabeth Dugas , John Kander , Petite danseuse , Met Opera , Théâtre musical , Oklahoma! , Prince de Broadway , Susan Stroman , La bête dans la jungle , Le Kennedy Center , La joyeuse veuve , Les producteurs , Théâtre Vineyard , Théâtre Vineyard , Jeune Frankenstein

Recommandé pour vous