The Georgia Ballet presents ‘Renversé’

The Georgia Ballet presents ‘Renversé’

Commentaires

Centre des arts de la scène Marietta,Marietta, Géorgie
Samedi 21 février 2015

Par Chelsea Thomas de Dance Informa .

atlanta ballet carmina burana

Lors d'une récente soirée froide et pluvieuse, la Georgia Ballet Company a présenté sa vitrine saisonnière, un projet de loi mixte intitulé Renversé , qui est un mot français signifiant «inversé». Arrivant à environ deux heures, la compagnie a noté qu'elle voulait «inverser et redéfinir» les perspectives de leurs spectateurs avec sept nouvelles œuvres artistiques, allant du classique au néoclassique au contemporain en passant par le ballet d'un enfant.



Fiona Fairrie, directrice artistique du Georgia Ballet, a certainement réussi à organiser un programme diversifié, avec une chorégraphie par elle-même et une longue liste de professionnels de la danse à succès et établis, variés par leur humeur, leur durée et leur sujet. De plus, nous avons eu droit à l'artiste invité Sam Chester et à une performance de Fly On The Wall Collective.

D'après une pièce courte et agréable de Fairrie nommée Barre , qui a servi d'introduction à la danse pour les nouveaux arrivants et de rappel de ce que font les danseurs pour s'entraîner, la production a vraiment démarré avec Sous courant par la chorégraphe et enseignante primée Lisa Lock, originaire de Suisse.

Renverse

Les danseurs du Georgia Ballet interprètent 'Under Current' de Lisa Lock. Photo de Kaitlyn Pack.

Lock a créé cette œuvre de 13 danseurs autour d'un couple central, dansé par Mark Burns (ancien soliste du Dance Theatre de Harlem) et Katie Owerbach. Burns et Owerbach marchaient chacun en diagonale à partir de coins séparés de la scène dans une brume au ralenti, passant devant des danseurs qui se déplaçaient à une vitesse régulière pour finalement se croiser le chemin. À ce stade, les autres danseurs se sont évanouis dans les ailes et un pas de deux intensif a commencé après le contact initial d'une simple poignée de main. Alors que ce duo était quelque peu instable, les danseurs ont manifesté une confiance évidente les uns dans les autres et ont créé des formes magnifiques.

L'utilisation de grands éventails rouges dans Sous courant était visuellement époustouflant et fournissait un son satisfaisant à chaque fois qu'ils étaient ouverts. Mais en même temps, ils ont également posé la question «Pourquoi?» Ils ne semblaient pas particulièrement aller avec un autre élément du travail. Étaient-ils symboliques de quelque chose? Si tel est le cas, cela est resté totalement ambigu.

Chandra Kuykendall
Le corsaire

Brittany Shinay et Sam Chester dans «Le Corsaire». Photo de Kaitlyn Pack.

ballet de katie boren

Fly on the Wall, une compagnie de danse locale basée sur un projet, a présenté un duo de danse contemporaine fascinant doublé membre . Ce travail était si complexe et exigeait une telle attention aux détails de la part des deux interprètes, Nicole Johnson (un visage bien connu de son travail avec gloATL) et Nathan Griswald. Dans des vêtements vert foncé, ils glissaient, se tordaient, plongeaient, se balançaient et se penchaient sur le sol, façonnant des formes et des poses intrigantes. Griswald a ouvert la pièce avec des mouvements qui ont ensuite fait surface avec Johnson, ouvrant la boîte de questions de Pandore sur ce que signifiait cette connexion et quelles tensions relationnelles existaient. Fait intéressant, le mouvement a été réglé sur un score qui combinait des bruits ambiants avec des sons plus reconnaissables, comme une voiture qui passe sur l'autoroute. Cet élément a encore mystifié l'œuvre, entraînant le spectateur plus loin dans ce monde captivant et abstrait.

Le dernier travail du premier acte était 9 × 5 par Rebecca Metzger-Hirsch, ancienne danseuse du New York City Ballet, actuellement membre du corps professoral de la School of The Georgia Ballet et directrice de la danse à la Lovett School. Son expérience lourde de Balanchine était évidente, car ce travail était plein de longues lignes et le jeu de jambes léger, aérien et rapide typique de «Mr. Chorégraphie de B's. Son utilisation des effets d'entraînement était particulièrement agréable.

L'acte II a apporté ce qui était certainement un favori du public - le pas de deux classique de Le corsaire , interprété par le nouveau membre de la compagnie Brittany Shinay (ancien directeur du Rochester City Ballet) et le danseur chevronné et pigiste international Sam Chester. Apportant tout le dynamisme et le grand sens du spectacle que ces rôles archétypaux exigent, Shinay et Chester ont été accueillis par des acclamations et des applaudissements alors qu'ils se précipitaient et se mettaient au centre de la scène. Shinay était particulièrement impressionnante, montrant qu'elle est une technicienne pointue et fiable.

Pousser et tirer

Brittany Shinay (au centre) avec Mark Burns et Elizabeth Chapman dans «Push and Pull» de Jamey Leverett. Photo de Kaitlyn Pack.

Pierre et le loup , un ballet pour enfants interprété par des élèves de The School of The Georgia Ballet, était le suivant, avec le premier vrai décor et les costumes de la nuit. Bien que les élèves aient bien interprété la chorégraphie de Fairrie et Shinay - avec une mention spéciale pour Erica Raver en tant que Wolf - je ne pouvais pas m'empêcher de penser que la pièce n'était pas à sa place dans ce programme, traînant trop longtemps et allant trop lentement. Peut-être que si une pièce pour enfants doit être incluse, elle devrait figurer dans la première moitié de la série, lorsque les plus jeunes sont plus susceptibles d'être encore éveillés et attentifs - et que les adultes sont moins susceptibles de s'ennuyer et de s'ennuyer.

laurie kanyok

Le travail final sur le programme, Pousser et tirer , était une pièce vibrante et richement colorée de Jamey Leverett du Rochester City Ballet. Ce fut une excellente conclusion de la nuit, apportant un dernier élan d'énergie et de jeu avant que les rideaux ne se ferment. Mettant en vedette 13 danseurs vêtus de justaucorps bleuâtres brillants sur fond jaune orangé, les danseurs ont enfilé des pointes avec confiance, avec des contours et des silhouettes magnifiques se formant à mesure qu'ils traversaient chaque mouvement. Cela m'a laissé souhaiter que ce soit moins sectionné (les pauses entraînaient des saccades inutiles) et un peu plus longtemps - mais d'une certaine manière, cela a fonctionné pour le bénéfice de la société car cela m'a laissé impatient pour leur prochaine production.

Dans l'ensemble, il est clair que Fairrie a été un bon choix pour cette entreprise depuis qu'elle a commencé dans son nouveau rôle. Diplômée de la Royal Ballet School et ancienne soliste du Ballet allemand de Stuttgart, elle apporte son expertise significative à ces danseurs et les propulse à son tour vers de nouveaux sommets. Les danseurs semblaient vifs et prêts pour leur prochain défi - les jeunes et les nouveaux danseurs en particulier. J'ai hâte de voir ce que la troupe entreprendra ensuite.

Photo (en haut): Les danseurs du Georgia Ballet interprètent celle de Lisa Lock Sous courant . Photo de Kaitlyn Pack.

Partagez ceci:

Bretagne Shinay , Théâtre de danse de Harlem , Erica Raver , Fiona Fairrie , Collectif Fly On The Wall , gloATL , Jamey Leverett , Katie Owerbach , Le corsaire , Lisa Lock , Centre des arts de la scène Marietta , Mark Burns , Nathan Griswald , Ballet de New York , Nicole Johnson , Pierre et le loup , Rebecca Metzger-Hirsch , Renversé , Ballet de la ville de Rochester , École royale de ballet , Sam Chester , Ballet de Stuttgart , Le ballet de Géorgie , L'école Lovett , L'école du ballet de Géorgie

Recommandé pour vous