Le casse-noisette du théâtre José Mateo Ballet Theatre: Moins peut être plus

Le casse-noisette du théâtre José Mateo Ballet Theatre: Moins peut être plus

Commentaires Théâtre de ballet José Mateo Le Casse-Noisette du théâtre José Mateo Ballet. Photo par Gary Sloan.

Le Cutler Majestic Theatre, Boston, Massachusetts.
1er décembre 2017.

Dans l'ensemble, nous vivons dans une culture avec un message global de «plus c'est mieux» - plus grand, plus rapide, plus lumineux, plus fort. Quelques casse Noisette les présentations vont de pair avec cette philosophie (accordée, avec une harmonie agréable d'éléments esthétiques) - de grands sauts, une partition en plein essor, des costumes ornés, des effets techniques éblouissants. Certaines productions se concentrent davantage sur les moments doux entre les personnages, la grâce sur le flash et l'offre d'éléments de conception réalistes (par opposition à ostentatoires). Théâtre de ballet José Mateo Casse-Noisette cette saison a fait exactement cela.

Théâtre de ballet José Mateo

Théâtre de ballet José Mateo «Le casse-noisette». Photo par Gary Sloan.



Le résultat a été des sourires et des rires faciles pour tous, et repartir rempli du véritable esprit de la saison. De grandes astuces techniques, des costumes flashy et des lumières aveuglantes auraient pu juste noyer la joie et la magie authentiques à la racine de la production, et pendant la saison des vacances en général. Cette prise a commencé par l'ouverture de grands et longs draps blancs drapés du plafond (conception scénique de Laura McPherson).

Des danseurs en blanc se sont déplacés avec eux et ont créé différentes formes. La toile de fond scintillait. Tout cela a créé une magnifique palette de couleurs blanc / argent et une esthétique (mais pas exagérée). Clara (Amy Chan) est entrée, offrant une légèreté facile et joyeuse. A un moment, des danseurs dissimulés sous les draps ont jeté un coup d'œil - un moment doux qui a fait rire un petit peu.

Puis au magasin de jouets de Drosselmeyer, une scène pas toujours incluse dans casse Noisette productions. Arlequin (Junichi Fukuda) et Columbine (Magdelena Gyftopolous) ont dansé des solos et unpas de deux, avec une exécution douce mais précise. La palette de couleurs ici était enflammée, avec des jaunes et des rouges, dans les décors et les costumes (conception des costumes et chorégraphie, par José Mateo).

La scène s'est terminée par un moment à la fois émouvant et unique - Harlequin a poussé la boîte de Columbine hors de la scènerelevé attitude. Ce sens du mouvement s'est bien intégré dans la scène de la fête, dans une grande salle de bal merveilleusement décorée (mais pas ostentatoire). Les femmes portaient de grandes jupes cerceau qui se sentaient historiquement authentiques plutôt que destinées à un effet «wow» (même si elle offrait cela aussi!).

Drosselmeyer (Jim Banta) est entré, et tout a gelé! Il mimait et tout regardait, clairement avec un pouvoir mystérieux de contrôler l'espace et tous ceux qui s'y trouvaient. Avec sa présence, Arlequin et Columbine ont fait leur réapparition, avec puissance et panache. Ils ont mangé l’espace de la scène dans des virages et des sauts complexes, tout en conservant les caractéristiques de mouvement essentielles de leurs personnages (double rebond de la poupée Columbia, angularité d’Arlequin).

Drosselmeyer avait ce mystérieux inquiétant, mais les souris étaient humoristiques et mignonnes. Quelques fois, ils se sont couchés sur le dos et ont donné des coups de pied vers le ciel. Le public a gloussé dans un pur plaisir simple. Les soldats se déplaçaient en lignes nettes, marchant et tournant avec les épées déployées ou en piqué. Clara a tué le roi des rats (Jean Robens Georges) avec une épée plutôt qu'avec une chaussure, comme cela est traditionnel. Ce changement lui a donné le pouvoir en tant que jeune fille toujours avec la force de porter une épée.

Théâtre de ballet José Mateo

Théâtre de ballet José Mateo «Le casse-noisette». Photo par Gary Sloan.

La menace a disparu, l'arbre derrière eux a grandi, mais pas au point qu'il ne puisse pas encore être un vrai arbre. Cela a ajouté au réalisme chaleureux de l'ensemble de la performance. La belle scène de neige a alors émergé, les flocons de neige gracieux se déplaçant en cercles et en lignes à travers l'espace de la scène. Quatre danseurs ont permis le partenariat, ce qui a ajouté à une image en trois dimensions de l'espace scénique. Il y avait parfois une pente vers l'intérieur vers, parfois vers l'extérieur, loin du centre de la scène.

Même lorsque la musique prenait de la vitesse, les Snowflakes n’en manquaient pas et se montraient tout aussi faciles. Le mouvement comportait également des signatures uniques et convaincantes, comme un léger mouvement du poignet avec les bras en «V» ou en cinquième positionen haut . C'était une touche simple mais ajouté quelque chose pour faire de ces personnages plus que de simples objets vierges qui bougent. Snow Queen (Angie DeWolf) les a tous menés - avec grâce, mais aussi avec courage et audace. Elle a laissé le mouvement être ce qui était, mais avec une force stable en dessous.

Les Anges ont ouvert le deuxième acte, un fil de l'ouverture (avec la même musique et les mêmes costumes). Malgré ce fil conducteur, ces anges ne sont pas du tout casse Noisette productions. Ils marchaient, avec un véritable équilibre, des bougies à la main - un symbole simple mais puissant de lumière, de chaleur et de joie. La fée Sugar Plum (Madeliene Bonn) et son cavalier (Stephen James) ont soulevé toute la scène à travers leur gracieuse voiture.

Les accompagnateurs de Sugar Plum ont exécuté un phrasé ancré dans l’attitude chassé, un large sourire et un contrôle impressionnant. Les fleurs ont valsé pour aider à construire la scène élégante et pittoresque. Puis aux nombreuxdivertissementsdu royaume des bonbons. Le séquençage du duo Chocolat / Espagnol (Patricia Chiang et Jean Robens Georges) - deux solos simultanés, puis travail à l'unisson - a ressenti comme une authentique interaction entre deux personnes.

Coffee / Arabian (Angie DeWolf et Spencer Doru Keith) était autant une question de force que de flexibilité. La variation est souvent centrée sur des exploits de flexibilité au point de contorsion, il s'agissait donc d'un changement de qualité rafraîchissant. Il n’avait pas besoin d’astuces pour avoir un impact. L'air d'autonomisation des femmes était également intéressant, comme avec DeWolf sortant en dernier. C'est tout un contraste avec le coup de danseur pour la ballerine dans de nombreux Casse-noisettes .

Théâtre de ballet José Mateo

Théâtre de ballet José Mateo «Le casse-noisette». Photo par Gary Sloan.

danse du petit déjeuner

Chinese Tea (Jaclyn Sanford et Kanna Kitsunai) s'est déroulé sans heurts et avec le timing. Le mouvement était précis, mais la variation globale offrait une tenue et une mise en scène plus que des prouesses techniques. Il y avait des paumes fléchies, esthétiquement harmonieuses avec la chorégraphie générale, plutôt que des doigts «baguettes». Ce choix a clairement montré qu'il existe des moyens de mettre à jour ce spectacle, d'éviter l'insensibilité culturelle et de maintenir la magie.

Une ballerine et un danseur ont dansé Trepak / Russian (Lauren Ganther et Junichi Fukuda), offrant à la fois un sens de la portance et celui de l'enracinement. Tout comme pour le thé, il y avait des défis techniques, mais plus significatif était cet équilibre ascendant. L'élan était la clé, conduisant le pouvoir des danseurs.

Marzipan / French (Brittany Bush avec Betsy Boxberger et Cecilia Zevallos) a suivi, un trio de ballerines en tutus lavande apaisant. Cette variation est une pure technique classique, et ils l'ont offerte avec du vernis, il n'y a à peu près pas de mouvements contemporains ni de fioritures de caractère derrière lesquelles se cacher! La fin était pittoresque, deux danseurs agenouillés et un sur relevé .

Viennent ensuite les Polichinelles, des enfants exécutant un mouvement élémentaire mais plaisant et faisant preuve d'un pur professionnalisme. Mother Ginger était le centre visuel avec son énorme jupe. Quelques Casse-noisettes incluent Drosselmeyer et Clara, mais l'image de la scène ici était plus que suffisante pour en profiter sans eux. Les fleurs ont suivi, dans des jupes lumineuses et des tutus de toutes les couleurs différentes - tout comme la façon dont un jardin a des fleurs de toutes couleurs et formes différentes.

Polichinelles dans le théâtre de ballet José Mateo

Polichinelles dans «The Nutcracker» du théâtre José Mateo Ballet. Photo par Gary Sloan.

Dewdrop (Haruka Tamura), cependant, portait une robe Empire blanche simple mais très élégante avec un ruban rose sur le corsage - le joli lys blanc du groupe. Sa ligne sans fin et son attaque intrépide étaient difficiles à détourner des yeux. La mise en scène et les formations étaient également agréables - des changements continus de formation, de canon et d'autres outils chorégraphiques pour que tout reste en mouvement. C'était comme une douce brise déplaçant un groupe de fleurs.

Emblématique de l'ensemble du spectacle, les principales qualités duGrand Pasétaient une belle voiture,ballonet des ascenseurs en douceur, plutôt que des trucs sans fin dignes d'être épatés. Il y en avait aussi, mais les extensions de Bonn ont flotté pendant des jours, les virages de James étaient forts et leur épaule de fin a été immédiatement applaudie. La finale a offert à de nombreux personnages des occasions de briller en groupe et en individuel.

La fin finale était un câlin de Clara et Drosselmeyer, et une vague au roi des neiges et à la reine. Il y avait un sentiment d'amitié continue. Sur ce, rappelons-nous ce qui compte vraiment en cette période des fêtes: la compagnie des êtres chers peut être plus que suffisante, sans le faste, le glamour et le brouhaha.Bravaau Ballet Theatre José Mateo pour avoir rendu cette vérité claire, laissant briller l'élégance, la grâce et l'harmonie esthétique à une époque d'idolâtrie du «plus».

Par Kathryn Boland de La danse informe.

Partagez ceci:

Amy Chan , Angie DeWolf , Betsy Boxberger , Bretagne Bush , Cecilia Zevallos , revue de danse , Haruka Tamura , Jaclyn Sanford , Jean Robens Georges , Jim Banta , José Mateo , Théâtre de ballet Jose Mateo , Junichi Fukuda , Kanna Kitsunai , Laura McPherson , Lauren Ganther , Madeliene Bonn , Magdelena Gyftopolous , Patricia Chiang , Commentaires , Spencer Doru Keith , Stephen James , Casse-Noisette

Recommandé pour vous