Quatre-vingt-dix ans: la Martha Graham Dance Company célèbre une étape importante

Quatre-vingt-dix ans: la Martha Graham Dance Company célèbre une étape importante

Articles de fond Martha Graham

«Pour moi, le corps dit ce que les mots ne peuvent pas. Je crois que la danse était le premier art. - Martha Graham

En tant que fondatrice de l’une des plus anciennes compagnies de danse d’Amérique, Martha Graham était en quelque sorte une autorité sur les premières. Dans ses plus de 180 créations, elle a défié les conventions physiques, artistiques et esthétiques, elle a abordé un large éventail de thèmes allant du psychologique au politique et elle a donné le ton national à la créativité collaborative à travers son travail avec des musiciens, des designers et d'innombrables autres enveloppes. pousseurs de son temps.

adam dance
Directeur artistique de la Martha Graham Dance Company

La directrice artistique de la Martha Graham Dance Company, Janet Eilber. Photo de Hibbard Nash.



Le 18 avril 2016 marquera le 90e anniversaire de la troupe pionnière de Graham. Bien qu'elle soit partie depuis près d'un quart de siècle, son héritage de modernisme intrépide et passionné perdure et, comme c'est le cas pour de nombreux artistes révolutionnaires, la portée de son travail n'a fait que s'étendre depuis son décès. Ceci est, en grande partie, dû aux soins minutieux de la direction actuelle de l’institution Graham, dont les décisions artistiques et commerciales au cours de la dernière décennie reflètent à la fois un respect pour la tradition et une philosophie audacieuse avant-gardiste.

«Au cours de la 80e saison de la compagnie, nous essayions vraiment de savoir qui était notre public, qui nous allions être sans Martha Graham, si nous allions exister… Les grandes questions étaient toujours en suspens», explique la directrice artistique. Janet Eilber, une ancienne danseuse de Graham qui est entrée dans son rôle administratif en 2005, au milieu d'une crise d'identité évidente pour la compagnie. «À cet anniversaire, ce qui est important pour moi, c’est que tout notre travail au cours des 10 dernières années pour nous établir à nouveau à l’avant-garde de la danse moderne se concrétise. Nous avons ce grand élan à l’entrée de notre 90e année, et c’est l’affirmation que la direction que nous avons prise est de travailler, c’est vraiment garantir l’héritage de Graham en matière d’innovation et le faire évoluer vers un nouvel endroit. »

L’introduction d’œuvres d’artistes extérieurs dans le répertoire de la société, une pratique qui a débuté en 2007 avec Variations de lamentation . Initialement destiné à être un souvenir unique du 11 septembre, pour lequel quatre danseurs ont été invités à élaborer des réponses chorégraphiques à des images d'archives de Graham interprétant des extraits de son solo classique. Lamentation , le projet a suscité une réponse si forte du public que la collection de variations a continué de croître et comprend désormais des œuvres de Larry Keigwin, Lar Lubovitch et Michelle Dorrance (pour n'en citer que quelques-unes).

Pionnier de la danse moderne

Martha Graham dans «Deaths and Entrances». Photo de Chris Alexander.

Aujourd'hui, la mise en service fait partie intégrante de la vision de programmation de l'entreprise. La course du centre-ville (14-18 avril) mettra en vedette cinq nouvelles pièces - les trois dernières de Mats Ek, Marie Chouinard et Pontus Lidburg - stratégiquement mélangées avec quatre classiques de Graham pour atteindre un équilibre 50/50 de tradition et d'invention sur chaque facture. Selon Eilber, cet équilibre extérieur fait écho à des transformations plus profondes au sein de l'organisation dans son ensemble.

«Le grand changement autour duquel LaRue Allen, notre directeur exécutif, et moi-même avons rassemblé nos forces est cette idée que nous devons comprendre et nous connecter avec notre public de multiples façons», partage Eilber. «Il s’agit d’un changement d’une organisation centrée sur le génie - ce qui signifie que nous avions un« génie »à la tête de tout, et que les gens se sont rassemblés vers elle - à une approche très centrée sur le public. Lorsque nous avons commencé sur cette voie, nous devions savoir qui nous servions et comment nous les servions. Nous avons participé à des études de participation du public soutenues par la RAND Corporation et la Knight Foundation, et nous avons beaucoup appris sur nos téléspectateurs et leurs désirs et ce qui les amène au théâtre. Nous avons pris les données à cœur et pris des mesures, et voir que cela porte ses fruits est très gratifiant. '

Comme de nombreuses organisations artistiques américaines, la Graham Company s'adapte à une ère de plus en plus numérique, un environnement dans lequel les clients sont de plus en plus accessibles via les médias sociaux et les plateformes de divertissement Web, mais de plus en plus imprévisible dans leur appétit pour les expériences théâtrales en direct. Comment les arts de la scène peuvent-ils concurrencer les options de divertissement à la demande qui sont souvent proposées à faible coût ou gratuitement, d'autant plus que les segments les plus jeunes de la population - ceux nés dans un monde qui met la technologie à portée de main - peuvent ne pas en être conscients. ce qu'ils manquent?

Printemps des Appalaches

Lloyd Mayor et Mariya Dashkina Maddux dans «Appalachian Spring» de Martha Graham. Photo de Hibbard Nash.

Plutôt que de résister au courant culturel, Eilber et ses collègues ont développé des stratégies inventives pour traduire l'engagement en ligne en salles combles. En 2009, le Clytemnestre ReMash Challenge a invité un groupe mondial de candidats à mélanger des séquences vidéo de l’une des œuvres les plus appréciées de Graham avec du matériel multimédia plus moderne pour générer des interprétations originales d’une création classique. Plus récemment, une tranche de décembre 2015 de la série GrahamDeconstructed a invité les participants à apporter leurs propres appareils photo à un événement hybride de signature de livre / discussion / performance pour célébrer le photographe de danse. Lois Greenfield La monographie qui vient de paraître, Lois Greenfield: toujours en mouvement . Les participants ont été encouragés à partager les images qu'ils ont capturées en ligne, à s'impliquer directement dans l'art devant eux plutôt qu'à rester de simples spectateurs. Faire avancer cette cause d'interactivité passe par un partenariat avec le Institut culturel de Google qui permet au public d’accéder aux abondantes archives de la Graham Company via une exposition virtuelle de style musée.

«Nous ne sommes pas simplement en essayant pour atteindre nos publics, mais nous sommes vraiment en contact avec eux de manière non traditionnelle », affirme Eilber. 'Bien sûr, nous utilisons autant que possible les nouvelles technologies et les nouveaux médias.'

Mais l'entreprise étend également sa portée par des voies plus tangibles. «Nous faisons une introduction orale à chaque représentation, nous construisons une programmation contextuelle et thématique, nous avons conçu des expériences authentiques de Graham pour toutes les salles et tous les budgets, nous avons établi des partenariats avec des institutions éducatives culturelles très diverses», poursuit Eilber. «Cette année, nous travaillons avec le New Museum, PS 122 [pour le Festival COIL 2016] et Performa 15, toutes ces institutions artistiques très avant-gardistes et de pointe. Et nous avons des célébrations satellites partout dans le monde pour notre 90e. »

Martha Graham

Katherine Crockett dans «Clytemnestra» de Martha Graham. Photo de Hibbard Nash.

La véritable panoplie d'événements prévus en observation de l'anniversaire imminent de la troupe semble interminable: une installation artistique dans le hall de l'Opéra de Paris, des performances commémoratives d'œuvres de Graham par la Paul Taylor Dance Company et LA Dance Project, des compositions commandées par la Bibliothèque Congrès et Jacob's Pillow Dance - sans parler d'une tournée de cinq pays terminée en novembre dernier.

Malgré l'énergie extérieure accrue qu'Eilber et son équipe ont suscitée ces derniers temps, l'attention portée au cœur de la compagnie - ses danseurs - n'a pas diminué.

«Historiquement, il y a un changement de danseurs environ tous les 10 ans», explique Eilber. «Martha Graham a adoré ça. Au fur et à mesure que les danseurs évoluaient et que leurs capacités devenaient plus grandes, elle incorporait [ces développements] dans son travail. Lorsque nous auditionnons pour des danseurs maintenant, nous recherchons des artistes qui ont une large gamme, nous nous assurons qu’ils sont ouverts et peuvent communiquer efficacement dans différents vocabulaires physiques. Et les membres de notre entreprise qui ont été avec nous au cours des sept ou huit dernières années ont considérablement augmenté leur diversité de style.

Quant aux danseurs, eh bien, il vaut peut-être mieux les laisser parler d’eux-mêmes:

Lloyd Knight (directeur)

«Être danseur Graham et représenter la Graham Company et son héritage aujourd'hui est un grand honneur! C’est aussi très intéressant… un peu comme un rêve. Seuls quelques privilégiés ont dansé pour la compagnie, travaillé avec certains des maîtres du passé de la compagnie et interprété ces belles œuvres! C'est incroyable. Interpréter cette chorégraphie magistrale avec de beaux costumes et décors - tout cela me donne l'impression d'être dans un grand musée, montrant l'art mondial sous sa forme la plus élevée!

Depak Ine

Lloyd Knight et Natasha M. Diamond-Walker dans «Depak Ine» de Nacho Duato. Photo par Sinru Ku.

Quand j'ai rejoint la compagnie, je ne jouais que des œuvres de Graham. J'étais tout droit sorti de l'école et j'étais nouveau dans tout cela. Je pense que c'était formidable pour moi, à l'époque, d'être pleinement concentré sur ce répertoire. Et quelques années plus tard, nous avons eu la chance de travailler avec d'autres chorégraphes ici et là. Maintenant, avoir des performances qui pourraient être la moitié de Graham et la moitié de nouvelles œuvres est tellement amusant! Comme il est intéressant de comparer ce que Mme Graham a créé il y a tant d'années à ce que les chorégraphes d'aujourd'hui créent, de voir les liens entre les ballets.

Je sens vraiment que la technique de Graham, lorsqu'elle est apprise correctement, peut construire un danseur fantastique. Avec tous les différents chorégraphes qui arrivent maintenant, tous avec leurs propres styles, j'ai l'impression que Graham contribue toujours d'une manière formidable.

Konstantina Xintara (nouvelle danseuse)

étape Broadway

«Je viens de l’École nationale de danse de Grèce, où la technique de Martha Graham est l’une des plus importantes. Tous les étudiants participent. Je me souviens encore de mon premier cours de Graham, que j'ai suivi à l'âge de 10 ans. Je ne me souviens pas des mouvements que nos professeurs nous ont enseignés, mais je me souviens du sentiment que j'ai eu - le sentiment que vous pouvez entendre votre cœur et votre corps rempli d'émotions. Depuis le jour où j'ai commencé, je suis de plus en plus entré dans le monde de Martha Graham.

Chiffon Feuille d'érable

Maurizio Nardi, Lloyd Knight et Blakeley-White McGuire dans «Maple Leaf Rag» de Martha Graham. Photo de Costas.

Plusieurs années plus tard, je fais partie de cette belle famille et partage ces émotions avec des personnes très spéciales. Faire partie de la Martha Graham Dance Company est plus que du bonheur. Beaucoup de créations de Martha sont basées sur des mythes grecs et des histoires grecques, et il est tellement intéressant de voir comment cette belle femme a donné à chacune de ces pièces son propre caractère. C'est tout simplement merveilleux.

Martha a rythmé la respiration et, à travers sa technique, elle a précisé que la simplicité est le sentiment le plus difficile mais en même temps le plus beau. Elle m'inspire à chaque instant, et c'est quelque chose de magique. Je trouve toujours de nouvelles voies dans sa chorégraphie. C’est comme de l’eau: il n’ya pas de fin! Être sur scène et partager avec le public le trésor que Martha Graham nous a laissé - je ne pourrais pas me sentir plus reconnaissant, et c'est un honneur pour moi. '

Par Leah Gerstenlauer de Dance Informa .

Photo (en haut): Martha Graham Dance Company dans Martha Graham’s Le sacre du printemps. Photo par Sinru Ku.

Partagez ceci:

Clytemnestre , Institut culturel de Google , Technique de Graham , GrahamDéconstruit , Danse de l'oreiller de Jacob , Janet Eilber , Konstantina Xintara , Projet LA Dance , Lamentation , Variations de lamentation , Lar Lubovitch , Larry Keigwin , LaRue Allen , Bibliothèque du Congrès , Lloyd Knight , Lois Greenfield , Marie Chouinard , Martha Graham , Martha Graham Dance Company , Mats ek , Michelle Dorrance , Toujours en mouvement , Opéra de Paris , Compagnie de danse Paul Taylor , Pontus Lidburg

Recommandé pour vous