«No Dominion»: Célébrer la vie remarquable d’Ian Horvath

«No Dominion»: Célébrer la vie remarquable d’Ian Horvath

Articles de fond Margaret Mullin et Nel Shelby tournent

Imaginez-vous en septième année. Vous avez la photo? Maintenant, essayez de vous rappeler vos plus grands rêves de cette époque et les personnes ou les événements qui vous ont inspiré à les poursuivre.

Ian Horvath. Crédit inconnu.

Ian Horvath. Crédit inconnu.

Pour beaucoup d'entre nous, ces aspirations et ces influences ont radicalement changé au fil des ans. Mais pour Margaret (alias Maggie) Mullin, soliste du Pacific Northwest Ballet (PNB), l'un de ces rêves d'adolescente est en passe de se réaliser alors qu'elle documente, en collaboration avec la cinéaste Nel Shelby, l'histoire du danseur, chorégraphe et défenseur de la sensibilisation au sida Ian. Ernie »Horvath.



Né à Cleveland, Ohio, en 1943, Horvath a étudié à la School of American Ballet et à plusieurs autres institutions prestigieuses à orientation classique avant de lancer sa carrière professionnelle au Joffrey Ballet et à Broadway, dans des comédies musicales telles que Douce charité et Fille drôle . Il rejoint plus tard l'American Ballet Theatre, où il rencontre Dennis Nahat, le futur partenaire commercial avec lequel il fondera le Cleveland Ballet, en 1972. Il s'agit de la première création d'Horvath pour la compagnie, Les femmes de Laura , qui a attiré l'attention d'un Mullin de 13 ans plusieurs décennies plus tard.

«Je n'avais jamais rien vu de tel, surtout dans son contenu», explique-t-elle. «Son mouvement est si beau, très ancré et expressif. En tant que danseuse, j'ai tendance à être attirée par des œuvres qui racontent des histoires puissantes. Cette histoire, même si elle n’est pas heureuse, me fait beaucoup réfléchir sur la vie. »

démarrer une compagnie de danse
Nel Shelby et Loren Robertson tournent Margaret Mullin dans

Nel Shelby et Loren Robertson tournent Margaret Mullin dans «Laura’s Women». Photo de Christopher Duggan.

Mullin ne savait rien de la chorégraphe à l'époque - n'avait même jamais entendu son nom - mais la pièce poignante la restait alors même qu'elle entra dans les rangs de PNB, des années plus tard. Dans un premier temps, son seul objectif était de mettre en pellicule ce travail rarement exécuté. Une rencontre heureuse avec un professeur de ballet de ses années de formation à Tucson, cependant, a mis les roues en mouvement pour un long métrage documentaire sur Horvath, décédé du sida à l'âge de 46 ans, et son rôle important mais peu connu dans histoire de la danse.

«Au départ, j'ai rencontré mon professeur et sa sœur juste pour parler de ce qu'il faudrait pour obtenir Les femmes de Laura sur le film », se souvient Mullin. «Mais ils ont fini par avoir cette conversation approfondie sur Ian devant moi, et j'ai tellement appris sur lui que je ne l'aurais jamais su. Cela m'a époustouflé de penser que je n'avais jamais entendu parler de lui. Il est devenu clair pour moi qu'il y avait une histoire incroyable à raconter, et j'ai pris sur moi de la raconter.

Ian Horvath. Crédit inconnu.

Ian Horvath. Crédit inconnu.

bientôt danseur

Récipiendaire en 2011 d'une bourse de la Princess Grace Foundation, Mullin s'est tourné vers une connaissance au sein de l'organisation pour obtenir des conseils. Entrez Shelby, une danseuse devenue cinéaste de danse qui était alors, par hasard, en train d'élargir son répertoire au-delà de la couverture de la performance pour inclure le travail documentaire. Bien que Mullin ait eu l'intention de demander à Shelby uniquement pour une consultation, elle a abandonné leur premier appel téléphonique avec un co-directeur et un nouvel ami.

«Elle est tellement passionnée que vous ne pouvez tout simplement pas lui dire non», remarque Shelby de Mullin. «Mais le projet m'intéressait aussi parce que le frère de mon père est mort du sida en 1988. J'étais en sixième, et c'était vraiment un gros problème. Des années plus tard, j'ai découvert ce qui avait causé sa mort. Mes parents n’avaient pas voulu nous le dire parce qu’ils avaient peur que les enfants de l’école pensent que nous étions dégoûtants ou infectés. Ils essayaient de nous protéger.

Comme l'oncle de Shelby, Horvath est décédé au plus fort de la crise du sida aux États-Unis.À la fin des années 1980, le danseur bien-aimé est devenu le porte-parole de ceux qui vivent avec la maladie, s'efforçant de dissiper les mythes qui l'entourent. Il a également dirigé des collectes de fonds telles que «Dancing for Life», un événement en direct qui s'est tenu au Lincoln Center, en 1987, et est apparu dans une émission télévisée de sensibilisation au sida produite par Eye on Dance, en 1988. Il a développé sa dernière création, Pas de dominion , sur la Limón Dance Company, et cela reflète les luttes de santé de ses dernières années.

PNB Dancer Benjamin Griffiths dans

Le danseur de PNB Benjamin Griffiths dans «No Dominion». Photo de Christopher Duggan.

Mais Mullin et Shelby soulignent que leur film va au-delà du récit de la bataille personnelle et publique d’Horvath contre le sida. En tant que directeur associé du projet Carlisle, il a aidé la fondatrice Barbara Weisberger à fournir aux danseurs de ballet les moyens de devenir des chorégraphes dans le lexique classique. Il a également été impliqué avec le National Endowment for the Arts, l'Ohio Arts Council et le New York City Center en tant que conseiller en danse. Et son travail en tant que président de Dance / USA a conduit à la conception posthume de l’Ernie, un prix annuel décerné, à la mémoire d’Horvath, à une figure du monde de la danse qui démontre un engagement passionné envers cette forme d’art.

«Ian est une partie si importante de notre histoire de la danse», dit Mullin. «C’est grâce à des gens comme lui que des gens comme moi peuvent maintenant avoir des carrières réussies et bien financées dans le domaine de la danse. Il faisait partie des personnes qui ont aidé à établir un avenir pour la danse dans ce pays. C'est un film de vraie gratitude pour avoir rendu notre carrière possible.

En gardant à l’esprit le dévouement d’Horvath à la force et à la croissance de la communauté nationale de la danse, Mullin tient à intégrer autant d’artistes et de compagnies que possible dans le projet. Plutôt que de compter sur un narrateur pour diriger le film, elle et Shelby ont choisi de transmettre l’histoire de Horvath à travers des entretiens avec ceux qui l’aimaient, ainsi que la présentation complète de ses premières et dernières œuvres.

La seconde moitié de cette entreprise s'est concrétisée plus tôt cette année, lorsque des danseurs de cinq compagnies américaines - PNB, Joffrey Ballet, Boston Ballet, Ballet Tucson et Verb Ballets - ont rejoint l'équipe documentaire de Seattle pour mettre Les femmes de Laura et Pas de dominion sur le film. La directrice artistique de Verb Ballets, Dr. Margaret Carlson, une amie proche de Horvath et un regisseur de son travail, et le maître de ballet PNB Paul Gibson, ont dirigé le processus de reconstitution. Le mari de Shelby, le photographe Christopher Duggan, a également participé à l'acte, capturant les images frappantes vues ici.

Ballet verbe

Margaret Carlson, directrice artistique du Verb Ballet dans «Laura’s Women». Photo gracieuseté du Cleveland Ballet.

«Les deux semaines que nous avons passées à tourner à Seattle étaient un tel rêve», se souvient Shelby - les éloges d'une femme qui est vidéaste officielle du Jacob's Pillow Dance Festival depuis 15 ans et dont la liste de clients comprend également le Vail International Dance Festival et le Joyce Theatre (pour n'en citer que quelques-uns). «Maggie et moi avons complètement cliqué. Nous avons passé un moment si riche et inspirant ensemble. Et c'était génial de voir Maggie dans Les femmes de Laura . Elle adore cette pièce depuis l’âge de 13 ans. La regarder l'apprendre en studio auprès de quelqu'un qui est à l'origine du rôle, puis le jouer - c'était une expérience tellement puissante.

tournées atlanta 2015

Bien sûr, cette entreprise élaborée a eu ses coûts. Obtenir le soutien nécessaire n'a pas exigé une petite quantité d'énergie et de courage de la part de Mullin, qui a pris sa chance sur une campagne de financement participatif et a fait un appel à froid à une société de production médiatique soutenant la communauté LGBTQ.

'Pour financer la partie danse, c'était un troisième Kickstarter, les deux tiers travaillant avec une merveilleuse organisation appelée Three Dollar Bill Cinema, qui est devenue notre sponsor fiscal et a également proposé de créer le film', raconte Mullin. «J'ai organisé une collecte de fonds à Seattle et j'ai également contacté des donateurs et des entreprises. En l'espace d'environ cinq mois, nous avons levé un peu plus de 30 000 $ pour couvrir le restaging. C'était très angoissant et il y avait beaucoup de pression, surtout parce que je danse à plein temps. Mais heureusement, j'ai atteint mes objectifs.

Une fois les segments de performance terminés, Mullin et Shelby se concentrent désormais sur l'enregistrement d'entrevues (ce qui nécessitera une collecte de fonds supplémentaire) et sur le tissage de tous leurs matériaux en un tout cohérent. Ils visent à achever le processus d'ici le milieu de l'année prochaine - une échéance ambitieuse pour le couple perpétuellement occupé, mais que l'entrepreneur Mullin, qui n'est pas étranger à l'huile de coude, est déterminé à respecter.

Aucune illustration promotionnelle du Dominion«J'ai beaucoup grandi dans les coulisses de mon home studio», dit Mullin. «Ma mère a aidé à la réception et j'étais sur une bourse de travail pour payer les cours. Cette expérience m'a donné une perspective unique selon laquelle beaucoup de jeunes danseurs ne font pas ce qu'il faut pour maintenir une organisation artistique à flot - combien d'heures, combien de dévouement, combien d'amour il faut aux gens qui la dirigent. L’histoire d’Ian est si importante à cet égard. C'est un véritable rappel du genre de passion qui est nécessaire pour maintenir la croissance des arts aux États-Unis. C'est vraiment important pour moi de partager avec les gens. '

Pour plus d'informations sur No Dominion: L'histoire d'Ian Horvath et pour contribuer au projet, cliquez sur ici .

Par Leah Gerstenlauer de La danse informe.

Photo (en haut): Margaret Mullin et Nel Shelby tournent «Laura’s Women». Photo de Christopher Duggan.

Partagez ceci:

Sensibilisation au SIDA , Théâtre de ballet américain , Ballet de Cleveland , Danser pour la vie , Dennis Nahat , Fille drôle , Ian Horvath , Ian «Ernie» Horvath , Ballet Joffrey , Les femmes de Laura , Communauté LGBTQ , Compagnie de danse Limon , Margaret Mullin , Dans le Shelby , Pas de dominion , No Dominion: L'histoire d'Ian Horvath , Conseil des arts de l'Ohio , Ballet du nord-ouest du Pacifique , Fondation Princesse Grace , École de ballet américain , Douce charité , Cinéma à trois dollars

Recommandé pour vous