RIOULT Dance NYC

RIOULT Dance NYC

Avis - USA

The Joyce, NYC
7 juin 2013

Par Katherine Moore.

Vendredi dernier, le 7 juin, RIOULT a présenté une soirée complète de quatre œuvres au Joyce Theatre, dont trois tournées autour de la mythologie grecque et mettant en vedette des solistes féminines. Dans l'ensemble, le mouvement et l'esthétique semblaient être un hommage à Martha Graham, ce qui est approprié étant donné que Pascal Rioult a dansé pour la compagnie Graham en tant que danseur principal pendant de nombreuses années.



Le premier morceau de la liste était Iphigénie , un récit assez littéral de la légende grecque de la transformation d'Iphigénie de fille en héroïne alors que son père tente de sacrifier sa vie pour apaiser une déesse en colère. Le scénario a été soutenu par une narratrice, Jacqueline Chambord, qui a guidé le public à travers l'histoire avec une voix dramatique et sombre. La danse était pittoresque et littérale, les danseurs jouant souvent des scènes comme des figurines. Les mouvements de frappe, les contractions fondamentales et le fossé entre les sexes entre les hommes et les femmes ont de nouveau invoqué l’influence de Martha Graham sur le travail de Rioult.

RIOULT, Boléro

Les danseurs de RIOULT présentent «Bolero». Photo de Basil Childers.

La pièce suivante, Prélude à la nuit , était une vision vague mais dynamique du voyage d’une femme à travers trois différents états de rêve et d’imagination. L'ambiance était sombre, avec des personnages masculins qui se profilaient et tourbillonnaient autour de la soliste Penelope Gonzalez alors qu'elle passait d'un état à un autre. Les changements d'ensemble étaient vifs et dramatiques, avec des piliers s'élevant jusqu'aux chevrons. De même, le drame émotionnel était élevé, presque aussi élevé que la longue série d'ascenseurs en partenariat où Gonzalez a à peine touché le sol pendant plusieurs minutes.

Le personnage d'Helen of Troy, dansé par Charis Haines dans Sur des rivages éloignés , a apporté un mouvement luxuriant et sensuel à un programme de chorégraphie statuesque à prédominance rigide. En effet, Haines a joué avec une facilité qui a apporté une bouffée d'air frais au drame élevé du reste de la performance. Fait intéressant, dans une note de programme, Rioult a mentionné que dans la pièce, Hélène , par Eurpide, Helen ne va pas réellement à Troie, mais c'est son mirage, créé par les dieux et enlevé par Paris à Troie, qui provoque la guerre. Œuvre de rédemption, cette œuvre explore le personnage d'Helen via un travail solo entrecoupé de duos entre elle-même et les héros de la guerre de Troie tombés au combat.

Après avoir vu les personnages féminins vifs et remarquables des trois premières œuvres, le passage à l'unisson parmi la société complète en Boléro était un changement bienvenu. Une toile de fond vivante rappelant une peinture du futurisme italien a mis en scène le mouvement tranchant et régimenté des interprètes en unitards d'argent. En contraste avec cette idée militariste, il y avait divers solos et duos d'équilibres lents et soutenus, se brisant souvent en un mouvement sensuel et apparemment rebelle. Tout comme le compositeur Ravel a travaillé en répétant très peu de phrases musicales pour créer ce morceau souvent chorégraphié sur un morceau de musique, Rioult a tenté de faire de même avec son mouvement, présentant les mêmes idées encore et encore pour coïncider avec l'accumulation dramatique de la musique. Au final, la musique a mis les interprètes et le public sur pied dans un crescendo énergique.

Photo (haut): RIOULT présente Prélude à la nuit. La danseuse Penelope Gonzalez. Photo de Basil Childers

Partagez ceci:

Boléro , Charis Haines , danse New York , Iphigénie , Jacqueline Chambord , Théâtre Joyce , Martha Graham , Sur des rivages éloignés , Pascal Rioult , Penelope Gonzalez , Prélude à la nuit , Effilochage , RIOULT Dance NYC , Le Joyce

Recommandé pour vous