Quel avenir pour le directeur sortant de Charlotte Ballet, Jean-Pierre Bonnefoux

Quel avenir pour le directeur sortant de Charlotte Ballet, Jean-Pierre Bonnefoux

Articles de fond Jean-Pierre Bonnefoux et Patricia avec les danseurs du Ballet Charlotte. Photo de Jeff Cravotta.

Jean-Pierre Bonnefoux quittera ses fonctions de directeur artistique et président du Charlotte Ballet, anciennement North Carolina Dance Theatre, au point culminant de la saison 2016/2017 de la compagnie. À 73 ans, il dit que sa décision de partir n'est pas par manque de passion. C’est tout le contraire.

«Des gens sont venus me voir et me disent:« Alors tu vas prendre ta retraite? », Dit Bonnefoux. 'Et je suis comme, non, non.'

Bonnefoux dirige l'entreprise depuis 20 ans. Il a créé la deuxième compagnie de Charlotte Ballet en 2000. Six ans plus tard, il a consolidé une relation avec Dwight Rhoden en tant que chorégraphe résident de l’organisation - juste quelques-unes des plumes de sa casquette de metteur en scène. Mais, faisant le point sur tout, Bonnefoux dit qu'il était temps de transmettre l'entreprise à quelqu'un d'autre.



«C’est une autre époque maintenant [en danse]», dit Bonnefoux. Les danseurs de ballet doivent être familiarisés avec le travail contemporain pour trouver un emploi, ce à quoi Bonnefoux n'est pas sûr que les danseurs soient préparés. «Chaque fois que je passe une audition… je fais une heure et demie de ballet puis une heure et demie de travail contemporain, et les danseurs qui restent ne semblent pas connaître le travail contemporain - ils ne l'ont pas y ai été exposé.

danse batsheva

Il a décidé de faire quelque chose à ce sujet.

Jean-Pierre Bonnefoux. Photo by Jeff Cravotta.

Jean-Pierre Bonnefoux. Photo by Jeff Cravotta.

La vie après Charlotte Ballet

«J'adore l'idée d'être scout et de rechercher des talents», dit Bonnefoux. Pensez au Leigh Steinberg du ballet. (La carrière de plusieurs décennies de Steinberg en tant qu'agent de talent sportif a inspiré le film de 1996 Jerry Maguire .)

Pour Bonnefoux, cependant, cette entreprise impliquerait de nourrir le talent, ainsi que de le trouver. Il souhaite entrer dans les écoles de danse, identifier les danseurs les plus prometteurs et les inviter à des ateliers. Là, de petits groupes de danseurs s'entraînaient avec «des chorégraphes et des maîtres de ballet, qui savent vraiment ce dont les danseurs de ballet ont besoin aujourd'hui», explique Bonnefoux.

Trouver ces professeurs ne sera pas difficile pour Bonnefoux. Il espère attirer des personnes avec lesquelles il entretient déjà de solides relations artistiques, comme Rhoden ou la directrice artistique associée de Charlotte Ballet, Sasha Janes. L'aspect commercial sera plus difficile. Bonnefoux rit en parlant d'être un collecteur de fonds.

monde de la danse la coupe

«Je suis sûr», dit-il de récolter suffisamment d’argent. «Ce n’est pas quelque chose qui sera moins important que d’être directeur artistique. Cela me manquera et les professionnels. Mais j'ai travaillé avec de jeunes danseurs pendant de nombreuses années [à l'académie de Charlotte Ballet et à la Chautauqua Institution dans le nord de l'État de New York]. C’est vraiment quelque chose dont on a besoin. »

Rhoden, qui considère Bonnefoux comme un ami et un mentor, affirme que «l’énorme appétit du metteur en scène sortant pour le ballet contemporain a été incroyable d’être témoin».

Alors que Bonnefoux planifie cette entreprise, il prévoit de rester à Charlotte avec sa femme, Patricia McBride. Elle a été l’une des muses de George Balanchine au cours de sa longue carrière au New York City Ballet et est directrice artistique associée de Charlotte Ballet depuis 1996. Bonnefoux maintiendra également sa relation avec le ballet en tant que directrice artistique émérite.

Deborah Sunya Moore, vice-présidente et directrice de la programmation de l'établissement Chautauqua, a déclaré au Chautauquan Daily que Bonnefoux continuera à diriger la Chautauqua School of Dance, où le Charlotte Ballet a une résidence d'été annuelle.

Jean-Pierre Bonnefoux avec le danseur Jamie Dee Clifton. Photo de Peter Zay.

Jean-Pierre Bonnefoux avec le danseur Jamie Dee Clifton. Photo de Peter Zay.

Nouveau leadership

En avril dernier, Charlotte Ballet a nommé Hope Muir comme nouveau directeur artistique. Elle quittera le Scottish Ballet de Glasgow, où elle a occupé le poste de directrice artistique adjointe. Muir sera le quatrième directeur artistique de Charlotte Ballet.

tyne stecklein burlesque

Récemment, pour plusieurs compagnies de ballet américaines, un nouveau leadership a également signifié de nouvelles directions - comme le changement très couvert au Pennsylvania Ballet et ce qui est à venir pour la première saison d'Atlanta Ballet sous la direction de Gennadi Nedvigin. La transition de Charlotte Ballet semble plus subtile.

Lise Hain est la présidente élue du conseil d’administration du ballet et a siégé au comité de recherche. 'L’objectif était de recruter une personne capable de s’appuyer sur l’héritage de Jean-Pierre et de diriger l’entreprise dans son prochain chapitre », déclare Hain.

Elle dit qu'ils ont fait appel à un consultant pour aider à identifier les candidats idéaux.Charlotte Ballet n'avait pas travaillé auparavant avec Muir, mais après une recherche internationale d'un an, Hain dit «elle est rapidement passée au premier rang des candidats».

«Hope a passé quatre jours à interviewer non seulement le comité de recherche, mais aussi le personnel de la compagnie, les danseurs et les parties prenantes de Charlotte Ballet», explique Hain. «Elle s'est démarquée par son excellente formation [et] sa réputation internationale pour la création et l'interprétation de rôles par certains des plus grands chorégraphes du monde.»

Muir dit qu'elle a été attirée par «l'environnement hautement créatif» et le répertoire diversifié de Charlotte Ballet. «Jean-Pierre a créé une entreprise d'une grande polyvalence et de possibilités», dit-elle.

danse mfa

Muir débute son poste en juillet 2017 et devra jusque-là travailler avec le conseil d’administration et le personnel du ballet pour préparer sa succession à Bonnefoux. Elle dit que cette année sera vitale, lui donnant un aperçu du fonctionnement de l'entreprise et une chance de connaître la communauté de Charlotte.

En tant que directeur artistique, Muir souhaite recruter de nouveaux chorégraphes pour rehausser le profil national et international de la compagnie. «Il s’agit de commander et de programmer des travaux sur mesure qui définissent vraiment l’identité de l’entreprise», dit-elle. Et ce ne sont pas seulement des voix chorégraphiques fraîches, mais aussi des entraîneurs et des professeurs invités «pour fournir à la fois un contexte au répertoire et un soutien aux danseurs».

Jean-Pierre Bonnefoux s'entretient avec des danseurs. Photo de Jeff Cravotta.

Jean-Pierre Bonnefoux s'entretient avec des danseurs. Photo de Jeff Cravotta.

Dire au revoir

Le cadeau d’adieu de Bonnefoux aux danseurs et au public de Charlotte est peut-être la programmation de cette saison. Il comprend des soirées de répétition avec des œuvres de Rhoden, Mark Diamond et, pour la première fois, Ohad Naharin, qui dirige Batsheva en Israël. La saison comprend également une production remaniée de Casse-Noisette , à Belle au bois dormant mise en scène par Bonnefoux et McBride, et l’adaptation par Janes du roman d’Emily Bronte Les Hauts de Hurlevent .

La saison 2016/2017 s'ouvre le 20 octobre avec un projet de loi mixte appelé Travaux d'automne .

Bonnefoux dit qu'il voulait que cette dernière saison soit pleine de travail de chorégraphes qui ont eu une grande influence sur le ballet ces 20 dernières années. C’est un répertoire stimulant, qui est intentionnel.

«Les danseurs sont si brillants», dit Bonnefoux. 'Ils peuvent vraiment gérer tellement de choses, il vaut donc mieux leur en donner trop.'

C’est quelque chose que la danseuse vétéran Alessandra James a toujours appréciée à propos de Bonnefoux. Cette année marque son 12esaison avec l'entreprise, et elle se souvient à quel point Bonnefoux ne s'est jamais retenu en studio.

«Il m'enseignait un ballet et voulait vraiment que j'y aille», se souvient-elle dès sa première année. «J'étais nerveux, et il m'a dit qu'il [préférerait] que j'y suis allé et je suis tombé plutôt que d'être timide. Cette idée s'est poursuivie pendant toutes les années que je connais.

James prévoit de continuer à danser avec Charlotte Ballet sous Muir - même si elle va manquer «la présence chaleureuse et aimante de Bonnefoux dans le studio, tous ses entraînements et corrections, et bien sûr ses blagues».

Rhoden dit que Bonnefoux lui a toujours donné le soutien et la liberté artistique dont il avait besoin.

Jean-Pierre Bonnefoux avec les anciens danseurs Melissa Anduiza et David Morse. Photo de Jeff Cravotta.

Jean-Pierre Bonnefoux avec les anciens danseurs Melissa Anduiza et David Morse. Photo de Jeff Cravotta.

Avis sur ypad

«[Jean-Pierre] est un grand directeur artistique avec un œil étonnant pour le talent et une vision brillante», raconte Rhoden. «Il a joué un rôle déterminant dans ma croissance et pour tant d'autres. Je suis sûr que son voyage continue. Il n’a pas encore fini. '

Bonnefoux dit que partir est étrange et sera difficile, mais passer à autre chose est important. Il aime l’idée de continuer à contribuer à Charlotte Ballet et à l’industrie en général. «C’est merveilleux d’être toujours passionné à mon âge», dit-il.

Par Stephanie Wolf de La danse informe.

Partagez ceci:

Alessandra James , Batsheva , Ballet de Charlotte , Établissement Chautauqua , École de danse Chautauqua , Deborah Sunya Moore , Dwight Rhoden , Travaux d'automne , Hope Muir , Jean-Pierre Bonnefoux , Lise hain , Mark Diamond , Théâtre de danse de Caroline du Nord , Ohad Naharin , Sasha Janes , Ballet écossais , Belle au bois dormant , Casse-Noisette , Les Hauts de Hurlevent

Recommandé pour vous