Un chemin sinueux vers une vie en danse: entretien avec Natsumi Sophia Bellali

Un chemin sinueux vers une vie en danse: entretien avec Natsumi Sophia Bellali

Articles de fond Natsumi Sophia Bellali. Photo par Julia Discenza. Natsumi Sophia Bellali. Photo par Julia Discenza.

La vie peut nous emmener dans de nombreux rebondissements, guidés par une boussole sûre d'une puissante passion. Pour de nombreux danseurs, cette passion est particulièrement forte. Là où la boussole peut mener peut être un territoire difficile, plein de défis incroyables et d'endroits qu'ils n'auraient jamais pensé s'aventurer. Mais la passion les fait toujours avancer. Natsumi Sophia Bellali est un exemple clair d'un tel danseur. Bellali est originaire du Québec et est actuellement artiste, chorégraphe et enseignante à New York.

Elle est née d'une mère japonaise et d'un père marocain, mettant en place de nombreux défis et complexités - mais aussi beaucoup de créativité, de persévérance et une forte éthique de travail. Bellali, avec de l'amour plutôt que de la colère dans sa voix, décrit ses parents qui l'ont élevée avec une attitude de «nous vous avons amené ici et vous avons donné cette vie, vous devez donc travailler dur et réussir.» Ils ont remarqué que Bellali dansait et bougeait toujours, alors ils ont décidé de tout canaliser de manière productive dans des cours de danse officiels.

Natsumi Sophia Bellali. Photo de Theik Smith.

Natsumi Sophia Bellali. Photo de Theik Smith.



Elle a été instantanément accro, passant de nombreuses heures par semaine à des cours de ballet, de claquettes et de danse culturelle. Bellali s'est formée à l'École des arts de la scène Ballet Montréal et a fait des compétitions, explique-t-elle. Pendant ce temps, elle parlait couramment de nombreuses langues. Jeune enfant, avant d'aller à l'école, elle ne parlait que le japonais et l'arabe marocain. Avec des activités scolaires et parascolaires, elle a appris l'anglais et le français.

Parlant maintenant avec Bellali, elle n'a que le moindre soupçon d'accent presque indéchiffrable. Elle convient que, avec le recul, l'engagement avec le corps à travers la danse aurait pu être une oasis de la tempête de langues tout autour d'elle - ce qui, sans doute, serait beaucoup à gérer pour tout jeune enfant. Elle rit et ironise: «Mes amis disent toujours:« Natsumi, tu parles tellement de langues, mais dans ton travail, tu ne parles pas souvent! »»

Bellali adorait danser, mais elle ne savait pas qu’elle pouvait la poursuivre comme une carrière, explique-t-elle. Cela a changé avec les études à l'école Ailey un été. Elle avait étudié les sciences pures et appliquées au cégep, un programme pré-collégial de deux ans dans le système d’éducation du Québec. Elle était parfaitement préparée à se lancer dans le génie civil, jusqu'à ce merveilleux été à Ailey, se souvient-elle. Bellali savait alors qu'elle devait d'abord danser comme carrière. Elle avait une amie de son studio au Québec qui avait déménagé à New York pour danser , et allait bien - l'aidant à avoir confiance qu'elle pouvait aussi y arriver.

«Je savais que je pourrais comprendre l'ingénierie plus tard, mais je n'ai que très peu de temps pour danser», explique-t-elle. Ses parents étaient au départ sceptiques mais sont venus appuyer sa décision. Ils lui ont dit que si elle s'engageait dans cette voie, elle devait s'y engager et y travailler à 100%, et pas seulement être quelque chose à faire «pour le plaisir», explique Bellali. Elle a tout donné à danser à L'école Ailey, grâce à un programme de certificat de trois ans.

Bellali est toujours intéressée par l'ingénierie, et cela a un impact sur la façon dont elle aborde son travail en danse, dit-elle. Elle est particulièrement fascinée par la physique, par exemple, et par l’impact de la physique sur le corps dansant. «Je regarde vraiment les espaces de danse et je réfléchis à la façon de les utiliser, comment m'engager avec eux», explique Bellali. Elle dit qu'elle pourrait un jour faire des ateliers d'ingénierie pour les danseurs et peut-être même des ateliers de mouvement pour les ingénieurs.

Pour l'instant, Bellali enseigne à l'École du Mark Morris Dance Centre, ALDEN MOVES Dance Theatre, et enseigne / chorégraphie à l'École des arts de la scène Ballet Montréal. En ce qui concerne la performance, une «pause» majeure était de se connecter avec Jesca Prudencio, une créatrice et productrice de danse théâtrale. Elle recherchait des danseurs musulmans pour parler et danser sur l'expérience d'être une danseuse musulmane américaine. Pour elle et son partenaire de spectacle, il était difficile de savoir combien donner et s'exposer à l'œuvre. Un autre défi était que la période de répétition, avec des répétitions de cinq à six heures chaque jour, se trouvait pendant le Ramadan. Le couple était préoccupé par cela au début, mais Bellali explique comment «nos cœurs et nos esprits étaient si pleins pendant les répétitions, que nous n'avions même pas faim.»

Elle travaille à nouveau avec Prudencio, cette fois pour un travail de danse-théâtre centré sur l’expérience largement féminine du harcèlement dans l’espace public - du point de vue de femmes de différentes religions, ethnies et races. Elle décrit des méthodes de répétition intrigantes, organiques et basées sur l'improvisation, comme marcher dans la pièce en étant guidé par des indices tels que «vous vous sentez complètement confiant», «vous vous sentez complètement libre», «vous vous faites siffler», «Vous marchez seul dans une rue sombre la nuit», etc. «Travailler sur ce projet a approfondi mon objectif en tant qu'artiste, pourquoi je danse en premier lieu et comment ma religion et ma danse se connectent», explique Bellali.

Pour quelqu'un qui envisage de faire le saut que Bellali a fait, de déménager à New York ou dans une autre ville de danse, Bellali conseille de faire preuve de patience, de se souvenir de votre objectif et d'en tirer de la force. «Il m'a fallu deux ou trois ans avant que je me sente vraiment comme chez moi ici», explique-t-elle. Elle recommande également de trouver un équilibre entre le travail, la formation et les soins personnels - quand manger, quand s'entraîner, quand passer du temps avec des amis. Lors de sa première année à Ailey, par exemple, elle a consacré tout son temps et son énergie à s'entraîner, dit-elle. Après cela, elle a réalisé qu'elle avait besoin de passer plus de temps avec soins auto-administrés et des choses en dehors de la danse qui lui apportent de la joie. «Faites confiance à l’univers que ce qui doit arriver se produira, plutôt que de continuer aveuglément, si les choses ne fonctionnent pas», conseille-t-elle. En même temps, elle rappelle comment on ne peut jamais savoir ce que l’on réserve sur la route. Elle affirme: «Tant que je fais tout ce que je peux faire chaque jour, du mieux que je peux, je n'ai aucun regret.»

Par Kathryn Boland de La danse informe.

danse canadienne

Partagez ceci:

ALDEN MOVES Dance Theatre , École des arts de la scène Ballet Montréal , danseuse immigrée , Jesca prudencio , Centre de danse Mark Morris , Natsumi Sophia Bellali , L'école Ailey , L'école du Mark Morris Dance Center

Recommandé pour vous